Foire aux questions

Foire aux questions

© Georg Lehnerer - stock.adobe.com

Foire aux questions - Eau potable

Qualité de l'eau potable

En France, le risque lié aux bactéries et aux virus dans l’eau est maîtrisé grâce aux techniques de traitement de l’eau potable.

  • Le but est d’obtenir une eau désinfectée, en sortie de filière.
  • Ensuite, de faibles quantités de chlore sont injectées à différents endroits du réseau de distribution afin de conserver une eau sans aucune bactérie.

Pour éviter l’odeur et le goût de chlore dans l’eau du robinet, il suffit de laisser l’eau s’aérer dans une carafe 1 à 2 heures, placée dans le bas du réfrigérateur (il est préférable de mettre un film plastique alimentaire pour que l’eau ne prenne pas les odeurs des autres aliments).

A noter que dans de nombreux pays, la présence de bactéries dans l’eau consommée reste encore une des premières causes de mortalité.

Les pesticides désignent des substances ou produits, utilisés en agriculture ou en jardinage, pour lutter contre les organismes jugés nuisibles aux cultures, également appelés produits phytosanitaires (herbicides, fongicides, insecticides…).

Les pollutions peuvent être

  • ponctuelles, lors de la manipulation des produits, du remplissage ou du rinçage des pulvérisateurs,
  • ou diffuses, après l’application des produits, par ruissellement vers les eaux de surface, ou par infiltration vers les eaux souterraines.

REDON Agglomération mène un important travail de sensibilisation sur les bassins versants, dans le cadre des contrats de territoire, par le biais des syndicats (EPTB Vilaine, SMGBO, Chère Don Isac).

Les syndicats compétents sur notre territoire en matière de production d’eau potable (Atlantic’Eau, Eau du Morbihan et Ouest 35) portent également des projets de protection des ressources en eau.

Les nitrates qu’on retrouve dans l’eau proviennent principalement d’engrais

  • naturels (fumier, lisier…)
  • et chimiques, employés en agriculture.

Quand ces engrais sont utilisés en excédent, ils s’accumulent dans les sols et, par effet de lessivage, migrent dans l’eau.

L’eau produite est constamment inférieure à la limite de qualité fixée à 50 mg/L, pour les eaux destinées à la consommation humaine.

La présence de plomb dans l’eau provient de son contact avec les canalisations en plomb. Ce matériau a été largement utilisé pour la fabrication de canalisations d’eau potable de petit diamètre,

  • jusque dans les années 1950, pour les réseaux intérieurs privés (dans les habitations).
  • jusque dans les années 1960, pour les réseaux publics.

Depuis 1995, son usage pour la fabrication des canalisations est interdit. Sur le territoire de REDON Agglomération, toutes les canalisations publiques en plomb ont été remplacées.

Les réseaux intérieurs privés datant d’avant les années 1960 sont susceptibles d’être en plomb, la réglementation n’imposant pas le remplacement systématique des réseaux intérieurs. Néanmoins, ces travaux sont souhaitables car c’est la seule solution qui permette de garantir une totale absence de plomb dans l’eau du robinet.

Pour connaître la situation dans votre logement, vous pouvez

  • vous renseigner auprès de votre syndic de copropriété
  • ou d’un professionnel réalisant des diagnostics immobiliers.

Lorsque l’eau a stagné, la propagation du plomb dans l’eau est plus importante. Il est donc conseillé de la laisser couler pendant 1 à 2 minutes avant de la consommer. Plus largement, il est également préférable d’utiliser uniquement l’eau froide pour la consommation alimentaire.

Les résultats des analyses d’eau de votre commune sont transmis avec la facture d’eau. Pour les consulter, vous pouvez également vous rendre sur le site de l’ARS .

En cas d’anomalie ponctuelle ou récurrente, n’hésitez pas à contacter le fournisseur d’eau sur votre commune (voir facture ou cliquez sur votre commune sur la carte).

Ces remontées d’information nous permettent d’améliorer la qualité du service.

Responsabilités

Il faut tout d’abord distinguer les fuites avant et après compteur.

  • Si la fuite se situe avant votre compteur, charge au fournisseur d’eau de la réparer.
  • Si la fuite est située après compteur, et donc en domaine privé, la réparation incombe au propriétaire.

Pour éviter des frais potentiellement élevés, veillez à bien surveiller vos équipements pour éviter ces désagréments.

En cas de consommation très importante, vous rapprocher de votre fournisseur d’eau pour étudier le dossier (dégrèvement prévu dans certaines conditions, sous le régime de la Loi Warsmann).

Tout particulier utilisant ou souhaitant réaliser un ouvrage de prélèvement d’eau souterraine à des fins d’usage domestique doit déclarer cet ouvrage ou son projet en mairie. En cas de mixité (ressource privé et réseau public), les réseaux doivent être disconnectés.

Deux raisons essentielles justifient la déclaration des forages domestiques :

•     Faire prendre conscience aux particuliers de l’impact de ces ouvrages sur la qualité et la quantité des eaux des nappes phréatiques. En effet, l’eau est un bien commun à protéger. Mal réalisés, les ouvrages de prélèvement, qui constituent l’accès à cette ressource, peuvent être des points d’entrée de pollution de la nappe phréatique. Ils doivent donc faire l’objet d’une attention toute particulière lors de leur conception et leur exploitation,

•    L’usage de l'eau d’un ouvrage privé, par nature non potable, peut contaminer le réseau public si, à l’issue d’une erreur de branchement par exemple, les deux réseaux venaient à être connectés. C’est pourquoi, la déclaration permet de s’assurer qu’aucune pollution ne vient contaminer le réseau public de distribution d’eau potable.

Ce renforcement de la protection du milieu naturel répond à une préoccupation environnementale et à un enjeu de santé publique. En outre, le recensement des puits et forages privés doit permettre aux services administratifs compétents, en cas de pollution de nappe susceptible de présenter un risque sanitaire pour la population, d’améliorer l’information des utilisateurs et notamment de leur communiquer les consignes à respecter (interdiction de consommation, le cas échéant).

Autres questions

Si votre litige n’a pas pu être résolu par les voies de recours prévues avec votre fournisseur public d'eau potable, vous pouvez faire appel gratuitement au Médiateur de l’eau.

Indépendant, neutre et impartial, le Médiateur est un tiers extérieur, qui

  • instruit chaque dossier en droit et en équité
  • et tente d'apporter une solution amiable entre un consommateur abonné au service public d'eau et de l’assainissement, et le gestionnaire de ces services.

 Cliquez ICI pour plus d'informations.

Depuis cette date, REDON Agglomération a repris la compétence "Eau", rendue obligatoire auprès des Communautés d'Agglomérations dans le cadre de la loi NOTRe (loi portant sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République) du 7 août 2015.

Concrètement, pour les habitants et entreprises de l’Agglomération, pas de changement majeur :

  • vos fournisseurs d’eau restent inchangés,
  • vous n'avez aucune démarche particulière à effectuer, 
  • votre abonnement, vos coordonnées et contrats de prélèvements le cas échéant sont transférés de manière automatique à nos services.

Publié le 05 octobre 2020 - Mis à jour le 20 octobre 2020

poignée de mains